Catalogue Fanzinothèque Grenobloise, 17 juin 2021, témoignage de Terro (alias Ladzi Galai), co-éditeur du premier fanzine local (1983-1985).

FANZINOTHÈQUE GRENOBLOISE

CATALOGUE 1983 – 2020, publié le 17 juin 2021

UNE ARCHIVE DE 176 FANZINES

La Fanzinothèque Grenobloise a été inaugurée en décembre 2018 au local autogéré. Elle rassemble les fanzines qui ont accompagné la scène punk, anarchiste, féministe, diy à Grenoble durant plus de 35 ans et qui forment ainsi une partie de ses archives. Chaque fanzine présenté dans ce catalogue est disponible en consultation. La fanzinothèque comporte à ce jour 176 fanzines. Si vous avez en votre possession des fanzines non-recensés dans ce catalogue, ou des infos supplémentaires, vous pouvez nous écrire à lokal_autogere@no-log.org. Ce catalogue a été conçu par Thomas à l’hiver-printemps 2021. Baptiste, Carole, Émil, Hilda, Mélo, Nicolas, Romain, Sylvain, Terro, Vanessa ont contribué par leurs témoignages. Richard a fait la relecture. Il a été imprimé en 100 exemplaires à Duplidocus, au 102 rue d’Alembert. En hommage à notre ami et co-amoureux des fanzines  et du punk D.I.Y. en général  Clive. Un grand merci à toutes les personnes qui ont fait dons de zines issus de leurs collections/archives. La fanzinothèque grenobloise se situe au local autogéré, 7 rue pierre dupont, 38000 Grenoble

TÉMOIGNAGES (extrait)

TERRO

Inquiétude, Noire Inquiétude

« Je suis dans le punk depuis 1977. J’avais 13 ans quand tout a commencé pour moi. Des proches m’avaient initiés au rock l’année précédente et j’étais en mesure de comprendre ce que tout cela représentait. La musique était vitale, créative, chaque groupe développait son propre style. Le mouvement n’était pas sexiste, il y avait plein de filles qui jouaient avec des mecs, qui montaient leur propre groupe, faisaient des zines ou étaient dans les orgas. Ce qu’on recevait au début venait principalement du Royaume-Uni, puis progressivement d’Amérique et plus tard d’autres pays. Pas mal de filles se sont éloignées du mouvement au milieu des années 80 face au machisme et à la violence apparaissant dans le hardcore, mais cela s’est produit principalement au États-Unis. Là encore un mouvement créatif musicalement tout en étant souvent plus rapide, qui s’édulcorera dans les années 90, mais dont les musiciens les plus doués ou les plus chanceux continueront toute leur vie. La musique c’est la vie pour beaucoup et pas un coup de pub qui vous mettra en avant un certain temps. Mais c’est aussi de la créativité éphémère vu le nombre de groupes géniaux n’ayant réalisé qu’un ou deux albums, parfois qu’un ou deux singles ; dont une multitude qu’on a pu découvrir grâce développement d’internet. Au début des années 80, au Royaume-Uni, c’est la violence skinhead qui sapera le mouvement punk. L’extrême droite s’étant emparée du mouvement skinhead originel qui n’était pas raciste mais écoutait de la musique noire, pour le détourner à ses fins politique. Cette gangrène s’est ensuite propagée ailleurs dans le monde, et nous en avons aussi fait les frais en France au milieu de cette décennie ou des concerts furent parfois gâchés. « If the Kids were united » Ce ne fut malheureusement pas le cas, ou alors dans la connerie, mais par groupuscules interposés !

Entre 1977 et 1982 j’achetais régulièrement les habituels mensuels de rock, m’intéressant à l’histoire de la musique et étant en quête de découverte de nouveaux groupes à écouter. A partir de 1979, toute la presse disait que le punk était mort, suite à la fin en queue-de-poisson des Sex Pistols puis la tragédie qui a suivi. Pour eux il fallait passer à autre chose. Mais c’était trop tard, le déclic avait eu lieu dans le monde entier, des groupes se sont crées de partout et cela n’a jamais cessé. Mais cette presse n’en parlait presque pas, elle se rabattait souvent sur ses élites rock préférées et j’en avais marre de lire des chroniques à côté de la plaque de disques que j’adorais. Cet autre chose sera étiqueté new wave ou power pop et plus tard post-punk, des termes génériques qui permettent tout de même de situer car ces styles comportent une diversité et une richesse à couper le souffle.

J’ai commencé a apprendre la musique à 7 ans et jouerais à partir de 1982 dans quelques groupes ou projets, mais sans jamais aller vraiment au bout. J’ai été plutôt bordélique à ce niveau là. Mais j’ai toujours continué à dénicher des trucs à écouter, que ce soit la découverte d’anciens groupes inconnus jusque-là ou de plus récents qui arrivent à m’accrocher. Depuis l’avènement du punk à l’échelle planétaire, grâce à, bien obligé de le dire, Nirvana, n’en déplaise aux belus, qui était un très bon groupe, une nouvelle génération de groupes est née, et il y aura à boire et à manger : un certain nombre de groupes intéressants et créatifs mais aussi et en majorité, une flopée de pop rock variété mélodique binaire et super chiante qui s’évertuera à se présenter sous la bannière du « punk ». Si vous crachez sur le passé sans vous y être vraiment intéressé, sans connaître les origines, pourquoi utiliser cette étiquette, vous n’aviez qu’à inventer la vôtre – ce que beaucoup ont fait d’un autre côté vu la diversité des sous-genres. Tous les groupes punk ’77 avait baigné dans les cultures précédentes pour faire leur propre truc, le rock ‘n’ roll, le pub rock, le glam, et le prog qu’il ne fallait pas mentionner à l’époque car ce n’était pas « in » .

Au début des années 80, d’autres magazines de rock voyaient le jour, mais sans pouvoir dépasser un ou deux numéros, la concurrence avec les têtes de proue était difficile. En 1983, avec quelques pote de lycée, on a commencé un zine pour parler de la scène rock locale et de la scène punk et new wave britannique. Il n’y a jamais eu foncièrement de scène punk à Grenoble, plus un fourre tout de groupes iconoclastes. Par contre il y aura un public pour les concerts de groupes punk venus d’ailleurs et qui joueront aussi plus tard dans les squats. Le zine s’appelait Inquiétude. C’était artisanal. Chacun faisait un article de son choix, des chroniques de disques qu’il avait dégotés, ou la petite interview d’un groupe, soit envoyés par la poste, soit réalisée après un concert avec un musicien tout en sueur. Il y avait aussi des textes plus personnels, des états d’âmes, des règlements de comptes ! Les quatre numéros (de 0 à -3) ont été ronéotypés par moi-même et la secrétaire de mon père (qui était aussi la sœur de ma copine) à la Bourse du Travail, située en face de Grand-Place après avoir quitté les locaux de la Maison des Associations. Mon père était permanent syndical à la CGT. Le zine était donc soutenu par les communistes ; il l’aurait été par les communards ! Une chose est claire, je ne suis ni un bourge ni un fils à papa qui était dans le punk. Un des petits articles que j’avais écrit était sur Crass, on avait aussi envie de parler de la scène anarcho-punk alors ignorée des médias, de la scène goth, qu’on appelait cold wave en France, et la « seconde vague punk », qui ne s’avérera que plus tard avoir été une seconde vague, car pour nous c »était la continuité. Les médias avaient enterré le punk, beaucoup ont décroché, mais pas moi ; j’aurais presque failli y succomber mais je n’ai jamais lâché le morceau ! Inquiétude a ensuite fusionné par connivence avec Noire Vision, le petit zine réalisé par une seule personne, Sukub, pour devenir Noire Inquiétude, en 1984. Même principe mais plus gros et avec plus d’intervenants. Il y a eu trois numéros. De la ronéo, on est passé à la photocopie. Je le les ai imprimé sur la photocopieuse du bâtiment informatique de Merlin-Gerin où j’étais gardien pendant neuf mois : merci les ingénieurs ! On laissait le zine en dépôt à Rock Contact, rue de La Poste et à Bunker, rue Lakanal. On a tout écoulé, mais le tirage ne devait être que de cinquante exemplaires, pas plus de cent en tout cas, on ne les as pas retirés. Puis avec Noire Inquiétude on a organisé un festival sur deux jours à la Chapelle Sainte-Marie-d’en-Bas, qui n’était pas encore un théâtre mais une grande salle. Gilles de Rock Contact nous a fortement encouragé car ce genre d’initiative de jeunes n’était pas fréquent à l’époque. On a invité Bérurier Noir et Ausweis de Paris, Haine Brigade et Tribu Choctaw, un groupe rock arty de Lyon, Division Nocturne, je sais plus d’où. De Grenoble, y avait aussi à l’affiche Oulianov, Inquiétude et un groupe surprise, ce devait être la perfomance de Sukub, Groupe 33. Inquiétude, le groupe de l’équipe du zine n’a finalement pas joué. Pour moi ce n’était pas grave car j’avais déjà envie de me casser, je nous trouvais mauvais ! On devait jouer en dernier après Ausweis, non pas qu’on était la tête d’affiche mais parce qu’Ausweis voulaient rentrer direct à Paris après le concert. Ce qui s’est passé c’est que les mecs des Pancho Villas étaient inscris sur l’affiche et les flyers, car on les avait invités au festival après les avoir vus jouer dans une MJC. C’était un peu bourrin mais ils étaient fans de Stiff Little Fingers. Je ne sais pas vraiment comment Sukub avait négocié le plan avec eux, en tout cas ils ne sont pas venus jouer… ils sont venus foutre la merde. Le 2e soir, à la fin du concert d’Ausweis, un mec des Pancho Villas, sûrement le plus intelligent, est allé devant la scène et a balancé je sais plus quoi dans la batterie de Janko, puis il est parti en courant rejoindre ses potes dehors. Hugo, le chanteur d’Ausweis, est sorti avec une barre d’échafaudage voulant en découdre avec les relous. On est sorti parlementer, y a pas eu baston finalement, étrangement… Et on a terminé la soirée là-dessus. Sukub était dégoûté, mais on a quand même fait un bon festival. Au départ les Wampas étaient aussi prévus, ils ont annulé mais leur nom était déjà sur l’affiche. En fait, il me semble que les « vrais rockers » avaient la hantise des boites à rythmes. Voilà à quoi se résumait le punk à Grenoble en cette période, il n’y avait pas vraiment de scène. Je ne parle pas des concerts de groupes d’ailleurs organisés dans des lieux comme La Taverne, La Zone Interdite, le Magic ou L’Entrepôt où on a pu voir de bons groupes punk. Les concerts en squats se sont développés un peu plus tard. Grenoble était plus une ville rock et reggae que punk. Il y a des gens qui se revendiquent du punk maintenant mais qui crachaient dessus dans les années 80.

Quand à Inquiétude, le groupe n’était qu’un projet prétentieux et infructueux de débutants que j’ai arrêté au bout de six mois. J’étais bien branché post-punk, goth-punk comme UK Decay à ce moment-là. J’ai amené les compos, assez sombres du coup, mais musicalement ça ne tenait pas la route. Jej Ravage – qu’on avait rencontré aux concerts et qui fera ensuite l’émission radio Poupée Vaudou avec Fil Cherence – est passé nous voir en répète à La Clé de Sol, c’était en ’85, et il tombe sur une dispute entre moi et Lobo, le clavier. Il est bien tombé, le groupe l’a engagé ! Je me suis cassé, lui laissant ma basse, mon ampli et mes textes ! Ils ont continué sous le nom Nord Inquiétude, ce qui évoque aussi le nom du zine. Deux ans après je commencerai deux projets cool, Dirty Husbands avec Lobo et Hermaphrodisiak avec Jej. On a fait des démos du tonnerre mais ce n’est pas allé plus loin. Ça aurait pu faire deux putains de bons groupes, mais j’étais trop instable… comme tout ce que j’ai entrepris dans ma carrière musicale, c’est resté éphémère, c’est de destin !

Pou revenir au festival de Noire Inquiétude, Le 3e et dernier numéro du zine sortira ensuite, faisant apparaître une interview des Bérus après leur concert, réalisée par Sukub, j’étais aussi présent. Le groupe a dormi à la maison, à Villeneuve. J’échangeai les zines avec d’autres zines provenant d’autres villes de l’hexagone. Ça foisonnait, c’était le début de la scène dite rock alternatif, Ce sont les zines qui ont aidé à rendre populaires les Bérus et tout un tas d’autres groupes. J’achetais mes disques chez les disquaires, même à la Fnac de Grand Place pendant plusieurs années, c’était juste un disquaire avec deux caisses et on pouvait écouter les disques. Puis j’ai commencé à les commander directement aux labels ou aux distros. J’ai commandé les trois premiers albums de Crass chez New Rose à Paris et acheté les trois derniers à la Fnac. Puis sur des VPC aux États-Unis : Subterranean Records, SST. J’ai fais moi-même mes premiers tee-shirts puis en commandais à une boutique de Paris appelée Harry Cover.

Entre 1985 et 1992, j’ai eu ma période mail-art, beaucoup d’échanges internationaux avec des tape-labels de home music, On a monté R.R. Products, sorti une trentaine de K7 albums ou démos, et quelques compilations à thèmes dont « Disco Totem » et « La Folie » en 1988, qui étaient accompagnées de deux gros graphzines, avec des photocopies de qualités (ça changeait de l’impression grisâtre des zines précédents). Il y avait un papetier place Vaucanson qui avait une super photocopieuse moderne, l’impression était bien noire et le mec qui faisait les tirages était très sympa : plein de monde allait imprimer chez lui, il a fini par être débordé !

En 1986, j’ai fait un TUC radio à Kaleidoscope, c’étaient les premières années des radios libres. Elle était installée en haut d’une tour au Village Olympique. J’ai fait la technique de quelques émissions et avais une programmation libre pendant quatre heures le matin, sans nom d’émission. Je passais les trucs les plus improbables possible qu’on entendaient jamais en radio. Une fois une auditrice mécontente m’a appelé en disant que ça craignait de passer de la musique aussi bizarre. Puis la radio s’est fait cambrioler. Avec Vincent, le bosse, on l’a déménagée dans des locaux à côté d’une cantine. Comme j’avais un CAP de maçon, j’ai passé les mois suivant de mon stage à installer des locaux plutôt qu’à faire de la radio. Merde, je n’avais pas vocation à travailler dans le bâtiment !

Puis 2000 est arrivé, tout a changé, mais rien n’a vraiment changé. Beaucoup de mentalités se voulant évolutionnistes se montreront finalement rétrogrades. Le punk a perduré de bien différentes manières. Les squats ont continué avec leurs activités arty, j’y allais parfois, y ai un peu participé ; les squats ne sont pas foncièrement associés au punk même si certains utilisent le terme, et existaient déjà dans les années 70 au temps des hippies de toute façon. Je passerai bientôt à l’édition de livres sur la musique avec Rytrut, exclusivement des traductions de livres et de bios parlant de groupes anglophones, surtout affiliés à la culture punk, celle que j’affectionne le plus. Je suis resté indépendant, donc non affilié aux quelques groupes médiatiques et éditoriaux qui gèrent le marché. Nous avons aussi certaines contraintes car nous signons des contrats avec d’autres éditeurs étrangers et ne sommes pas si soutenus que ça. Ce qui compte c’est que ça intéresse des gens, suffisamment pour continuer d’exister. Pour moi, c’est la suite logique, j’ai continué à vivre ma passion et il n’y a pas qu’une seule manière de le faire. Le punk est un état d’esprit, bien sûr… mais aussi un style de musique, quoi qu’on en dise ; et les chances d’y accéder ne sont pas égales pour tout le monde dans le contexte d’une société telle que la notre. Voilà tout ce que m’a évoqué le souvenir du zine ! »

– Terro, 22 mai 2021