Chansons d’Amour, Crass, annonce Feuille d’infos CIRA n°240, décembre 2021

PUNK. Crass est un groupe anarchiste punk anglais qui a inspiré de nombreux acteurs de l’underground entre 1977 et 1984. Ce recueil rassemble toutes les paroles des 82 chansons de leur répertoire ainsi que des slogans et des coups de gueule. Au centre de leur philosophie, on trouve les thèmes de la libre-pensée, de l’enthousiasme, de la créativité, de la paix et de l’amour…
Chansons d’amour par Crass. 2e édition révisée. Rytrut, 2021. 279 pages. 20 euros.

CHANSONS D’AMOUR, CRASS

 

Sur la Route avec les Ramones, Monte A. Melnick + Frank Meyer, chronique Sono Mag #473, octobre 2021

Sono Mag #473, octobre 2021

AU COEUR DE LA MACHINE

SUR LA ROUTE AVEC LES RAMONES

Au fil des 2 263 concerts que donna le groupe aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde durant ses 22 années d’existence, l’ancien roadie, devenu tour manager, Monte A. Melnick a recueilli une multitude de documents et d’anecdotes qui nous immergent dans le quotidien peu commun des Ramones.

Le métier de Monte ? Gérer l’ingérable. Entre le caractère de l’autoritaire Johnny, les TOC de Joey, l’excentricité de Dee Dee et de Marky, sa vie n’était pas facile tous les jours, et rien ne manque au tableau : arrestations, bagarres, passages à l’hôpital, histoires de cœur, drogues et drames en tous genres.

Très richement illustré d’archives souvent inédites, ce beau livre donne la parole aux multiples protagonistes impliqués dans la carrière du groupe, sans oublier les équipes techniques son et lumière, les backlineurs, le « merch » ou les chauffeurs. Une vraie thérapie en ces temps privés de tournées.

Par Monte A. Melnick et Frank Meyer, traduit par Ladzi Galai – Editions Rytrut – 310 pages – 24 x 19 cm

Présentation du livre

LAISSE LA COLÈRE S’EXPRIMER – Joe Strummer, le punk et le mouvement de la citoyenneté mondiale, Antonino D’Ambrosio, par Blam Blam, Punkulture 9, décembre 2021

Joe Strummer, Laisse la colère s'exprimer, Antonino D'ambrosio rectoLAISSE LA COLERE S’EXPRIMER, Joe Strummer, le punk et le mouvement de la citoyenneté mondiale. ANTONIO D’AMBROSIO avec 18 contributeurs ! (Rytrut 2020).

« Laisse la colère s’exprimer » est une passionnante compilation d’articles collectés au fil du temps sur ce bon vieux Joe et la nébuleuse Clashienne ! Cela commence avec l’interview des Clash en 1976 pour le fanzine Sniffin’ Glue et cela se poursuit avec des traductions d’articles de presse anglophones très intéressants (Ah ce reportage en immersion de Sylvie Simmons sur la tournée US ’79 !) jusqu’à une interview de Joe publiée post mortem en 2003. Les documents d’époque sont mixés avec d’autres papiers spécialement écrits pour ce livre coordonné, accouché et écrit, en partie, par l’américain Antonino d’Ambrosio, et qui est sorti en anglais en 2012. Antonino a aussi réalisé un film documentaire en parallèle « Let Fury Have the Hour » !

Les nombreux contributeurs, qui vont de Wayne Kramer du légendaire groupe « révolutionnaire » MC5 à Chuck D de Public Enemy en passant par un bel éventail d' »écrivants », dressent un portrait touchant et sensible de Joe tout en analysant et disséquant son œuvre, son influence, son aura, ses « combats artistico-politiques » et le lien qu’ils entretiennent avec notre chanteur guitariste rythmique, parolier et acteur intermittent disparu en 2002 à 50 ans. Le livre ne donne pas dans le culte de la personnalité (combattre l’égo souvent prêt à déborder, s’investir dans le collectif et développer l’altruisme éclairé était l’un des mots d’ordre de Joe) et montre bien certaines contradictions inévitables du fameux punk rocker « gauchiste altermondialiste ».

Le bouquin, décrit aussi l’influence de la bande à Joe sur la musique, la culture… et la vie qui nous entoure. Et si la « révolution » clashienne n’a pas abouti sur des lendemains qui chantent, elle a inspiré beaucoup de rébellions musicales et de voix de traverses et a développé l’esprit DIY international (oui, un paradoxe de plus pour un groupe dont on suivait le match avec CBS dans la presse et sur certains disques !)

Sorti en catimini fin 2020 par Rytrut, qui avait déjà publié -entre autres- en français « Typical Girls » la fantastique bio des Slits (voir punkulture 4), « Laisse la colère s’exprimer » (plus de 350 pages denses illustrées avec photos et affiches) mérite vraiment le détour pour son originalité philosophique (ce n’est pas une bio), l’éclairage mis sur la résistance créative et l’ouverture d’esprit au monde et à la diversité musicale prônées et pratiquées par Joe et ses amis !

Blam Blam, Punkulture 9, décembre 2021

Présentation du livre

« Trespassers W – L’intégrale » de Cor Gout

couv-trespa

 

RYTRUT, ISBN 2-9520083-2-9

LIVRE ÉPUISÉ

1984 à 2006 : 22 ans de paroles du groupe Trespassers W

Auteur : Cor Gout
Préface : Maxime Lachaud
Illustrations : Ronnie Krepel

Paroles traduites de l’anglais par Ladzi Galaï & Cor Gout
et du néerlandais par Cor Gout

Relecture : Christophe Petchanatz
Mise en page : Cripure

448 pages, format 14 x 21 cm, poids 580 g
218 textes, 265 dessins,
1 marque-page
Offset, intérieur N/B, couverture filmée
, broché
R-003, sortie : mai 2007
.

LISTE DES TITRES   MARQUE-PAGE   

CHRONIQUES    DISCOGRAPHIE

TRESPASSERS = TRANSGRESSEURS

« Une vertèbre dans l’échantillon de la culture underground »

Cor Gout est le chanteur parolier de l’orchestre à géométrie variable Trespassers W, formé aux Pays-Bas en 1984, dont les disques sont sortis sur leur propre label et sur différents labels internationaux. Un livre qui va ravir les aficionados du groupe voulant rentrer davantage dans l’œuvre de l’auteur. Et même si l’on ne connaît pas leur musique, la traduction en français de l’intégrale des paroles du répertoire de Trespassers W peut-être appréciée, et présenter une bonne introduction pour les auditeurs de langue française.

Toujours actif actuellement, le collectif a sorti 14 albums, 11 EP, une série de cassettes, et a participé à de nombreuses compilations. Hormis les concerts à la nature plutôt rock ‘n’ roll, ils ont aussi donné dans le théâtre, la radio et l’image. Cor Gout est auteur d’autres livres, en néerlandais. Les paroles des chansons de Trespassers W sont à l’origine principalement écrites en anglais et parfois dans sa langue natale, et témoignent d’une force poétique incommensurable, autant que leur musique particulière, explorant différents univers, de la culture populaire à la culture underground, avec une touche toujours très personnelle. D’où l’intérêt de se plonger dans l’univers du chansonnier Cor Gout, lucide et critique à propos de la déliquescence du monde, mais aussi curieux et révérencieux à propos du génie et de l’inspiration qui peut en découler…

…du mystère, de la beauté, de l’étrange, du descriptif,
de l’érotisme, de l’éphémère et du concret…

Bienvenue dans ce voyage permanent.

1984 à 2006 : 22 ans de chansons ; paroles de Cor Gout
traduites en français, illustrées par Ronnie Krepel

Paroles de la chanson YOU extraite du livre de Cor Gout
Trespassers W – L’intégrale ; un texte présenté ici en prose :

TOI !

« Bonjour, tu écoutes Radio Débile, ta propre station participative. N’hésites pas à nous écrire, et téléphone ! Qui avons-nous… en ligne ? Puis-je t’appeler Betty ? Puis-je t’appeler Benny ? Quelle est la plaisanterie du jour ? Quelle est la recette du jour ? Quel jeu radiophonique te fait envie ? Quel disque veux-tu entendre ? Ah non, ce n’est pas nous que tu écoutes, c’est toi. C’est toi et seulement toi ! La décision t’appartient. Communication circulaire. Information de toi à toi . Toi à toi et seulement toi. Remplis ce questionnaire, ingénieusement élaboré, et dis-nous quelles sont tes préférences concernant les boissons que tu bois, la nourriture que tu manges,  les livres que tu lis normalement, la nature de tes habitudes, les lieux que tu visites. Nous incorporerons tes réponses dans des statistiques, ingénieusement élaborées, que tu saches ce que la plupart des gens mangent, ce qu’ils lisent et ce qu’ils font normalement. Et tu auras une ligne directrice pour ta vie, établie par toi et seulement toi. La décision t’appartient. Communication circulaire. Information de toi à toi. De toi à toi et seulement toi. Vote pour ton propre politicien, il a eu tant de succès au sondage d’opinion ! Et il est exactement comme tu le souhaites : Intelligent, couronné de succès, mais franc-jeu. Pas timide, mais modeste. Un père de famille énergique, mais honnête. Un brave politicien, pas un self-made-man, mais un politicien fait par toi. Par toi, toi et seulement toi. La décision t’appartient. Communication circulaire. Information de toi à toi . Toi à toi et seulement toi. »

Site officiel : Trespassers W

« You’ll Ruin It for Every One », Crass, texte Mark Hodkinson, Pomona Sounds 2001

CHANSONS D’AMOUR, CRASS

Crass « You’ll Ruin It for Every One », 2001
Texte apparaissant dans le livret de la réédition CD
,
traduit par Paul Vincent

par Mark Hodkinson, POMONA Sounds

« You’ll ruin it for everyone » (vous allez tout ruiner pour les autres) est l’enregistrement d’une performance du groupe anarchiste Crass. Ce concert a eu lieu le 4 juillet 1981 au Lesser City Hall, Perth, Ecosse. Sorti une première fois en 1996 à 1000 exemplaires, nous avons décidé de le re-sortir avec une nouvelle pochette et un livret revisité.

Durant le printemps 1981, il y a eu des perturbations civiles dans l’ensemble du Royaume-Unis. En juillet, alors qu’un été humide exacerbait une colère montante, des villes comme Londres, Birmingham, Liverpool, Manchester et Bristol étaient sujettes à des émeutes violentes. Des vitres brisés, des voitures retournées, des bouteilles de lait remplies d’essence. Des jeunes terrorisaient leurs propre environnement et la police était amené à faire des heures supplémentaires à outrance. Le Parlement a fait passé une loi d’urgence interdisant n’importe quel rassemblement de plus de trois personnes dans les lieux publics.

Crass étaient par déveine en tournée à cette période, confrontés au nihilisme ambiant dans des endroits isolés où la colère mise à nue, souvent à son encontre, était courante. Portée à son comble à Perth, une ville en Écosse du nord, habituellement tranquille, mais polluée cette nuit là par assez de rustres pour qu’ils aient leur propre version turpide d’une émeute. Les instigateurs, apparemment des sympathisants du National Front, s’étaient volontairement rendus dans cette ville pour semer le trouble.

Ailleurs dans le livret, des gens présents ce soir là écrivent au sujet de cette expérience. L’enregistrement du concert, régulièrement interrompu par des appel au calme, parle pour lui-même.

Crass étaient une cible facile ; ils ont entraîné la confusion par inadvertance. L’imagerie du groupe, les paroles, le graphisme et leur musique furieuse ont reçu l’hostilité de l’aura. Cela confondait les limites – passion/violence, énergie/agressivité, amour/haine – et invitait les esprits éveillés à discerner les messages. Leur définition de l’anarchie était la liberté pour chacun de faire ce qu’il lui plait, à condition que cela ne nuise à personne d’autre dans le processus. Ce n’était pas un manifeste d’insouciance ou d’égoïsme : c’était le malentendu à Perth.

Il est évidemment plus facile de ne pas réfléchir, de voir simplement la caricature, l’accord puissant, la diatribe, l’uniformité du noir. Et d’être assez perturbé par cela pour ensuite souhaiter le détruire. Pour beaucoup cependant, Crass étaient une inspiration. Ils sont devenus un cri de ralliement pour des groupes, poètes, auteurs, artistes. Ils ont chacun et chacune voulu faire partie de cette contre-culture motivée, pour une fois, non par l’avidité ou l’ego mais par la créativité pour l’intérêt qu’elle suscite.

Leur position étant accidentellement devenue évangélique, c’était avec raison qu’en 1984, ils prennent chacun et chacune leurs propres chemins. Ils avaient atteint leur objectif ; un accès d’urgence, une graine plantée, puis disparaître pour jouer le rôle de leurs vies individuelles.

Ce CD a été masteurisé à partir de la bande enregistrée directement par la table de mixage à Perth. Elle n’a été re-mixée en aucune façon. La qualité du son, pourtant de meilleur qualité que bien des bootlegs (éditions pirates), n’est pas fantastique. Crass ont donné leur accord pour que puisse sortir ce projet entrepris par Pomona Sounds. La bande a été aimablement fournie par Andy T, lui-même un artiste sorti sur Crass Records.

Elle est présentée ici dans l’espoir vain que (le fantôme de) Crass puisse de nouveau inciter à la libre-pensée, l’enthousiasme, l’ingéniosité, des tonnes de soupe de lentille et un zeste d’amour, de paix et d’anarchie. Nous pourrions tout faire avec un peu de tout cela…

« Typical Girls? L’Histoire des Slits » – 2e édition – de Zoë Howe

Badges The Slits

RYTRUT, ISBN 978-2-9546441-3-4

Auteure : Zoë Howe
Traduit de l’anglais par Ladzi Galaï & Lydie Barbarian
Mise en page et index : Cripure

Réalisation couverture : Marylène Conçalves
Photo 1re de couverture : Pennie Smith
Photo 4e de couverture : Caroline Coon

Format 15 x 21 cm, poids 624 g
324 pages, intérieur N/B, papier couché
Broché, couverture mat pelliculée

Inclut 72 photos
Ajoute un index à l’édition anglaise
et 15 photos supplémentaires
2e édition révisée de 2017
A nouveau disponible : 14 février 2022
R-015, Prix public : 21,00 €

INDEX     DISCOGRAPHIE     CHRONIQUES

Inclut des photographies de : Pennie Smith, Ray Stevenson, Christine Robertson, David Corio, Ian Dickson, Desmond Letts, Liliane Vittori, June Ashley, Erica Echenberg, Shirley O’Loughlin, Lee Greenwood, Jull Furmanowsky, Mick Mercer, Adrian Boot, Philippe Carly, Gab Archives, Michael Putman, Tara Birch, Janette Beckman, Veuige, Kevin Cummins, Legall, Piova, Bob Gruen, Caroline Coon, Nora Forster et des collections de Viv Albertine, Tessa Pollitt et Zoë Howe.

Livre dédié à Ari Up (Ariane Forster 1962-2010).
Zoë Howe a travaillé à l’écriture de son premier livre durant cinq ans.

The Slits vous offre ce pack de 3 badges, réservé pour les commandes sur la boutique Rytrut.

commande_en_ligne_gs2i

 SOMMAIRE

– À propos de l’auteure
– Introduction
– Remerciements
– Chronologie
– Typical Girls ? L’histoire des Slits
(18 chapitres)
– Nécrologie
– Discographie
– Bibliographie
– Index des noms

4e de couverture :

Follement rebelles et étonnamment inventives, The Slits étaient en avance sur leur temps. Bien qu’ayant créé une musique hybride et unique, entre dub reggae, post-punk, rythmes africains, funk et free-jazz, elles furent souvent décriées comme ne sachant pas jouer. Leurs chansons étaient amusantes et intuitives, tandis que leur premier album défiait les perceptions du punk et des groupes de fillesmais elles étaient encore mal comprises. De plus, cette pochette où elles apparaissent seins nus et enduites de boue engendra davantage d’incompréhension envers les premières dames du punk. Mais elles n’avaient pas encore dit leur dernier mot.

Trop longtemps considérées comme une note dans la marge de l’histoire du rock, The Slits obtiennent enfin une audience équitable dans cette biographie révélatrice. De leurs débuts chaotiques à leurs disques fantastiques en passant par les tournées pittoresques, sessions d’enregistrement épiques et reformations épatantes de la première décennie du siècle nouveau, The Slits ont aussi eu une forte influence sur le mouvement Riot Grrrl et resteront gravées dans l’imaginaire collectif.

L’auteure Zoë Howe s’entretient avec The Slits elles-mêmes, ainsi qu’avec Don Letts, leur premier manageur, Keith Levene, leur mentor et guitariste de PiL, et beaucoup d’autres amis et collègues. Ensemble, ils découvrent comment est précisément arrivé le phénomène des Slits et célèbrent l’héritage d’un groupe précurseur qui a tardé à obtenir des louanges méritées.

A propos de l’auteure :

Zoë Howe est auteure free-lance, journaliste et éditrice d’Iceland Music Export. Elle a contribué à des publications pour The Quietus, Company, Classic Rock, Channel 4 Music, ITV, New Musical Express, Jazzwise, Notion, Contemporary Magazine, et elle est apparue sur les chaînes E4, Planet Rock, BBC 6 Music, Absolute Radio. Elle a interviewé et réalisé des articles de presse et des notes de pochettes pour un bon nombre d’artistes de divers horizons tels que Bardi Johannsson, Command V, Poly Styrene, Biffy Clyro, Mariah Carey, Pete Townshend, Macy Gray, Anna Friel, Suggs, James Chance, Wilko Johnson, Maximo Park, Mugison, Human League, Adrian Utley (Portishead), The Raincoats, Keith Levene, Amon Tobin, Duke Spirit, The Twang, Pauline Black, Gareth Sager (The Pop Group), Son Of Dave ; ainsi que X Ray Spex, The Blockheads et The Tiger Lillies dont elle a été attachée de presse. Zoë Howe a souvent participé au Talking Musical Revolutions de Gavin Martin et a elle-même joué de la batterie avec des artistes tels qu’Anne Pigalle, Yumi Hara, Viv Albertine, Steve Beresford et Mick Jones. En 2009, elle enregistre avec Albertine et Jones à sa Rock ‘n’ Roll Library à Ladbroke Grove. En 2010, elle réalise une série d’émissions basées sur la musique et la psychogéographie pour Resonance FM. Elle présente et coproduit également l’émission radio de musique alternative, Paranoimia, diffusée à travers l’Europe. En 2012, elle publie Wilko Johnson : Looking Back At Me, l’histoire de l’ancien guitariste de Dr. Feelgood, avec qui elle s’est entretenue pour écrire sa biographie. Zoë vit à Londres avec son mari, le batteur de jazz Dylan Howe.

« Sur la Route avec les Ramones – Au coeur de la machine » de Monte A Melnick + Frank Meyer

"SUR LA ROUTE AVEC LES RAMONES, au coeur de la machine" de MONTE A MELNICK + FRANK MEYER

"SUR LA ROUTE AVEC LES RAMONES, au coeur de la machine" de MONTE A MELNICK + FRANK MEYER

commande_en_ligne_gs2i

RYTRUT, ISBN 978-2-9520083-7-2

Auteurs : Monte A Melnick et Frank Meyer
Avant-propos : Tommy Ramone
Traduit de l’anglais par
Ladzi Galaï
Adaptation couverture et mise en pages :
Makhno Bruyère et Cripure
Dessin de couverture : John Holmstrom

Format 18,8 x 23,5 cm, poids 830 g
312 pages, offset, intérieur quadrichromie
Texte en double-colonnes et triple-colonnes
Papier couché, couverture pelliculée, broché
Inclut
plus de 300 photos et iconographies
Signé en 2008, dépôt légal : 14/12/2012
Contrat renouvelé avec Omnibus Press en 2020
R-008, Prix public : 32,00 €

MARQUE-PAGES     LISTE DES PERSONNAGES     CHRONIQUES

C’est John Holmstrom, le cofondateur du mythique fanzine new-yorkais Punk Magazine et concepteur de 2 pochettes d’albums des Ramones, qui a dessiné la couverture du livre : dans le van, les sept membres effectifs des Ramones se retrouvent en compagnie de Monte A Melnick, au volant.

« Monte et moi allions tout le temps ensemble à des concerts. Nous avons vu Cream, Janis Joplin, Sly And The Family Stone, Chuck Berry, Ten Years After, Johnny Winter, Jimi Hendrix. Nous traînions souvent au Filmore East. J’ai aussi vu les Stooges et j’ai été très impressionné. Au fond, les Stooges étaient un groupe d’avant-garde, une version dada des Rolling Stones. » – Tommy Ramone

 


Ouvrage publié avec le concours de :

Logo-Slime-zine Logo-Emegence Logo-DDD
Logo-Every-Day-Is-Like-Sunday Logo-Bruit-des-Caves Logo-Contre-Choc

CJ Ramone, Richie Ramone, Marky Ramone, Johnny Ramone, Dee Dee Ramone, The Biggest Ramones Homepage

TABLE DES MATIERES

Liste des personnages
Avant-propos
Introduction
Un mot de Monte…
I. SUBTERRANEAN JUNGLE
Pré-Ramones, les débuts de Monte et Tommy
II. ANIMAL BOY
Johnny, Joey, Dee Dee
III. IT’S ALIVE
CBGB, le look, le son
IV. LEAVE HOME
Prendre la route, les premières tournées
V. HALFWAY TO SANITY
Au cœur de la machine, équipe technique, mise en scène
VI. MONDO BIZARRO
Vie sur la route, agencement d’une tournée
VII. ADIOS AMIGOS
Tommy, Marky et Richie se refilent la batterie
VIII. HEY HO LET’S GO !
Drogues, picole et facéties
IX. ALL THE STUFF (AND MORE)
Joey et Johnny
X. ROAD TO RUIN
Les filles, l’amour et les ennuis
XI. RAMONES MANIA
Radio, vidéos, presse, management
XII. THEIR TOUGHEST HITS
Réalisation des disques, Phil Spector, Rock ‘n’ Roll Highschool
XIII. WE’RE A HAPPY FAMILY ?
Sortie de Dee Dee, entrée de CJ  
XIV. TOO TOUGH TO DIE
Les dernières années, à la conquête du monde 
XV. END OF THE CENTURY
La séparation, les lendemains, la fin
XVI. PLEASANT DREAMS
Perspectives et souvenirs

Dates des Tournées

__________________________________________

4e de couverture :

SUR LA ROUTE AVEC LES RAMONES

AU CŒUR DE LA MACHINE

Autant connus pour leurs blousons en cuir typiques, leurs jeans déchirés et leurs tee-shirts sales que pour leur son unique et éclatant, encore qu’avec des chansons drôlement simples, les Ramones étaient une force incontestable. En tant que pionniers du punk et nominés au Rock ‘n’ Roll Hall of Fame, au sommet d’une carrière de 2 263 concerts, ils comptent parmi les groupes les plus géniaux de la planète.

Pourtant, malgré toute leur influence et toute leur vilénie, le groupe n’a jamais fait un tube, a difficilement été adopté par les radios ou par MTV et n’a été accepté par le grand public que des années après leur retraite. Alors que leur tempérament de globe-trotters et leurs concerts intenses leur ont amené des légions de fans fidèles, le groupe a payé un lourd tribu, autant émotionnellement que physiquement.

Monte A Melnick a vécu tout cela : les arrestations, les overdoses, les disputes, les séparations, les recompositions, les petites amies, les hôtels et les excès. En tant que tour manageur du groupe depuis leurs débuts au CBGB, le 16 août 1974, jusqu’à leur dernier concert, à Los Angeles, le 6 août 1996, Monte était en fait le cinquième Ramone. À travers leur histoire, Sur la route avec les Ramones est aussi la sienne.

MONTE A MELNICK a tourné avec les Ramones pendant vingt-deux ans en tant que tour manageur et travaille actuellement au musée du New York Hall of Science en tant que superviseur dans l’audiovisuel.

FRANK MEYER a officié dans les équipes de rédaction des magazines Pop Smear, Knac.com et AVN, et contribué aux magazines Variety, Launch.com, New Times et LA Weekly. Il est également le frontman des groupes Streetwalkin’ Cheetahs et Sweet Justice, et il apparaît dans plus de soixante albums.

« Que la farce soit avec vous – Paroles 1978-2011 » de Jello Biafra

 

Jello Biafra - Que la farce soit avec vous

Jello Biafra - Que la farce soit avec vous

RYTRUT, ISBN 978-2-9520083-6-5

Auteur : Jello Biafra
Préface : Frank Frejnik
Paroles traduites de l’anglais par Paul Vincent & co
Recherche autobiographique : Ladzi Galaï et intervenants
Mise en page : Cripure et Cédigraphe
Logo de JB : John Yates

Format 15 x 21 cm, 416 pages, Poids 756 g
Papier offset 110 g, intérieur N/B, broché

Inclut 177 pages illustrées dont une BD de 22 pages.
Projet lancé février 2005 et terminé en 2012
en accord avec l’auteur et Alternative Tentacles

Sortie : Avril 2012
Dépôt légal : 30/04/2012
R-007, Prix public : 24,00 €

LISTE DES TITRES     CHRONIQUES

Les paroles de chansons de Jello Biafra en français et en prose, illustrées par 61 peintres et graphistes de France, Belgique, Québec, Tahiti, Berlin et Genève : Melvin, Chester, DDD, Makhno Bruyère, Jean Bourguignon, E.T., BB Coyotte, Torro, XXXprod©, Petite Poissone, Diway, Antoine Duthoit, Laul, Caritte, Anef, Pakito Bolino, Camille Déjoué, Vince Bank, Jean-Sé, BlackJeanJacques, Nuvish, Riton La Mort, Lanj, El Rotringo, Jampur Fraize, Pierre Druilhe, VNBC, Taga, Dav Guedin, Sapiens, Garance L0b0t0mie, Emy Rojas, Benjamin Monti, Cap’taine KRB, Marko Blasting Dead, Tapage, Cécile Jarsaillon, Bob, Julien Saro, Yann HxC, Fifi, Roinmj, Nikola Witko, Richard Suicide, Siris, Pixel Vengeur, Ulrich Totier, Cil, Be Bop A Lula, Burt, Christophe Sénégas, Bruno Charpentier, Captain Nerpik, Marilyne Mangione, Seb Cazes, Deadbrik, Louison Tattoo, Freak City Designs, Zoreille, Lan Prima, Tanxxx

commande_en_ligne_gs2i

SOMMAIRE

Introduction de l’éditeur
Préface de Frank Frejnik
1. Fruit frais pour légumes pourrissants
Fresh Fruit for Rotting Vegetables
2. En Dieu nous avons foi, S.A.
In God We Trust, Inc.
3. Les désastres de la chirurgie plastique
 Plastic Surgery Disasters
4. Frankenchrist
 Frankenchrist
5. La démocratie peut aller se coucher
Bedtime for Democracy
6. Donnez-moi les commodités ou donnez-moi la mort
Give Me Convenience or Give Me Death
7. Terminal City Ricochet
 Terminal City Ricochet
8. Dernier cri des voisins portés disparus
Last Scream of the Missing Neighbors
9. Le ciel tombe et je veux ma mamam
The Sky Is Falling and I Want My Mommy
10. Le pouvoir du saindoux
The Power of Lard
11. La dernière tentation de Reid
 The Last Temptation of Reid
12. Pure satisfaction de la mastication
Pure Chewing Satisfaction
13. Le rock des seventies doit mourir
70’s Rock Must Die
14. Cirque Tumeur
 Tumor Circus
15. L’invasion de la petite maison dans la prairie
Prairie Home Invasion
16. En direct de la bataille de Seattle
Live from the Battle in Seattle
17. Ne respire jamais ce que tu ne peux voir
Never Breath What You Can’t See
18. Salut victoire !
Sieg Howdy!
19. L’audace du battage médiatique
The Audacity of Hype
20. Méthodes améliorées du questionnement
Enhanced Methods of Questionning
Table des matières graphiques

__________________________________________

Introduction du livre :

Jello Biafra, un nom marquant et une influence certaine au sein de la culture underground et des scènes indépendantes depuis son premier groupe, Dead Kennedys, en 1978, et sa candidature à l’élection municipale de San Francisco l’année suivante. L’infatigable artiste et activiste politique est plus que jamais impliqué dans son combat contre l’Amérique conservatrice, la droite religieuse et tous les sectarismes aux États-Unis. Il s’est engagé au sein du Green Party depuis plusieurs années et donne régulièrement des conférences, sorties en albums sur le label Alternative Tentacles dont il est l’un des fondateurs. Ce livre offre au lecteur une traduction de ses paroles de chansons écrites pour ses différents groupes et coopérations jusqu’en 2011 : Dead Kennedys, Lard, NoMeansNo, D.O.A., Tumor Circus, Mojo Nixon and The Toadliquors, The No WTO Combo, Melvins, The Guantanamo School of Medicine. Les paroles de Jello Biafra, non dénuées d’humour et de satire, et souvent empruntes de surréalisme proposent un regard critique sur ces sociétés néolibérales qui tentent sans cesse d’engloutir leurs peuples. Autant que sa musique, ses mots nous rappellent l’esprit d’ouverture des acteurs du punk et la nécessité de faire son propre truc, d’exprimer ses propres idées, avec une volonté de sortir des clichés entretenus non seulement par certains médias mais aussi au sein de sa propre communauté. L’aspect piquant, provocateur du verbe étant à la base même de ce mouvement d’expressions variées qu’est le punk, parfois récupéré à toutes les sauces, jusqu’à devenir une caricature ou simplement une formule vendeuse. Le mot d’ordre des conférences de Biafra, dans son registre de lectures publiques : “Ne déteste pas les médias, deviens le média !” est un appel à l’action, à l’engagement pour des causes visant à rétablir une harmonie sur notre planète, plutôt qu’à la fatale marginalisation, qui ne servira au bout du compte que les serfs, les rois et les reines de la manipulation, à des fins avant tout de profits, sous couvert de morale exacerbée et à l’encontre de l’humanité. Le titre de ce livre est tiré d’une insert et de paroles de Lard : May the farce be with you ! – L’éditeur

« Moi, Shithead – Toute une vie dans le punk » de Joey Keithley

"MOI, SHITHEAD – Toute une vie dans le punk" de JOEY KEITHLEY

"MOI, SHITHEAD – Toute une vie dans le punk" de JOEY KEITHLEY

RYTRUT, ISBN 978-2-9520083-5-8

Auteur : Joey Keithley
Préface : Jack Rabid
Traduit de l’anglais par Paul Vincent
d’après I Shithead: A Life in Punk,
Arsenal Pulp Press, Canada 2004
Participation de Raf DIY sur 2 chapitres
Participation de Lionel sur 1 chapitre
Mise en page et index : Cripure
Photo 1e de couverture : Sylvie E. Thorne
Couverture d’après Solo

Format 15 x 21 cm, poids 670 g
312 pages, 85 photos, 196 iconographies

offset, intérieur N/B
, papier couché, relié
couverture pelliculée, 1 marque-page
Ajoute un index à l’édition canadienne
Signé en 2008, sortie : mai 2011
Dépôt légal 12/05/2011
R-006, Prix public : 21,00 €

MARQUE-PAGE    CHRONIQUES     INDEX

Inclut des photographies de : Bev Davies, Lynn Werner, Edward ColverAlex Waterhouse-Harward, Peter Kers, Iain Ross, Villiam, Karen Lee Plessner, Laurence Acland, Eileen Polk, Sylvie E. Thorne, Manfred Rahs

« L’une des personnes de Colombie-Britannique les plus influentes »
Vancouver Sun, 2008

commande_en_ligne_gs2i

_______________________________________________________________________________________

Ouvrage publié avec le concours de :

 Logo-Slime-zine    Logo-Emegence     Logo-Limoges-Punx     Logo-Maloka

_______________________________________________________________________________________

I, Shithead, a life in punk est un best-seller au Canada !
Arsenal Pulp Press sort le 1er juin 2011 un second livre sur le groupe :
TALK-ACTION = 0 – An Illustrated History of D.O.A.

Vidéos d’archive concernant D.O.A. et d’autres :
BLOODIED BUT UNBOWED aka THEPUNKROCKMOVIE.COM

« Quand nous avons commencé, je pensais que le monde était foireux, mais il m’a fallu quelques années pour me rendre compte à quel point il était bordélique. Ce qui m’a en partie amené au punk rock, en premier lieu, c’est qu’il luttait contre la connerie ; la connerie comme le racisme, le sexisme, l’avidité et le bellicisme. Alors quand on me demande pourquoi je continue de faire ce que je fais aujourd’hui, la réponse est simple : c’est parce que le monde est toujours plein de racisme, de sexisme, d’avidité et de bellicisme. Et de plusieurs manières, c’est encore pire aujourd’hui qu’à l’époque. » – Joey Keithley, Talk – Action = 0, Jan Berman, Don Denton, Laura Keithley

4e de couverture :

Joey Keithley, alias Joey Shithead, a fondé les légendaires pionniers du punk D.O.A. en 1978 – des « rois du punk » qui ont participé au développement de cette contre-culture dans le monde et ont été cités en tant qu’influences par Red Hot Chili Peppers, Green Day, Rancid, The Offspring et d’autres.

Mais le punk est plus qu’un genre musical  : c’est un état d’esprit. D.O.A. a toujours eu une conscience sociale, et a notamment joué en soutien à Greenpeace, aux victimes de viols, aux droits des prisonniers, et à des organisations contre les armes nucléaires et la mondialisation.

Durant plus de trente ans, D.O.A. a partagé l’affiche avec de nombreux groupes, dont les Clash, Ramones, Dead Kennedys, Black Flag, Nirvana, PiL et Minor Threat. Le groupe a également vu deux albums de reprises lui rendre hommage.

Moi, Shithead rapporte les souvenirs de la vie de Joey dans le punk. Les débuts d’une bande de gamins de Vancouver fascinés par ce mouvement en plein essor, à travers une génération désillusionnée par le statu quo : des histoires d’émeutes, de tournées, de concerts, en surmontant toutes sortes d’obstacles avec une pure détermination. Et à travers tout cela, Joey révèle que le slogan de D.O.A. : TALK – ACTION = 0, représente bien plus que de simples mots à ses yeux. Avec une introduction de Jack Rabid, éditeur du magazine musical new-yorkais influent The Big Takeover.

Joey Shithead Keithley, le fondateur de D.O.A. et de Sudden Death Records est un activiste de longue date dans la musique, la politique et l’environnement. Il vit à Vancouver avec sa femme et leurs trois enfants.

« Ils balancent grave. Ils crèvent le plafond. Certains des meilleurs shows que j’ai vus dans ma vie étaient des concerts de D.O.A. Je n’ai jamais vu D.O.A. ne pas être incroyable. » – Henry Rollins (Black Flag, Rollins Band)

« La médecine appropriée dont ont besoin les jeunes esprits pour grandir. » – Jello Biafra (Dead Kennedys, divers)

«  Joey Shithead laisse une empreinte indélébile. » – John Doe (X)

« Ils ont changé la vie de beaucoup de gens. » Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters)

SOMMAIRE

Note de l’auteur
PRÉFACE : Nous sommes tous D.O.A. ! de Jack Rabid
Prélude
CHAPITRE PREMIER : En grandissant

CHAPITRE DEUX : The Skulls
CHAPITRE TROIS : D.O.A. : Les débuts
CHAPITRE QUATRE : Les premières années
CHAPITRE CINQ : Pionniers du punk rock
CHAPITRE SIX : Something Better Change

CHAPITRE SEPT : Hardcore 81
CHAPITRE HUIT : War on 45
CHAPITRE NEUF : Politique, manifs, perturbations
CHAPITRE DIX : 1984
CHAPITRE ONZE : Let’s Wreck the Party

CHAPITRE DOUZE : La tournée sans fin, suite
CHAPITRE TREIZE : To Hell ‘N’ Back
CHAPITRE QUATORZE : True, Strong and Free
CHAPITRE QUINZE : Les choses changent, bordel !
CHAPITRE SEIZE : Not so Quiet on the Western Front
CHAPITRE DIX-SEPT : Muder
CHAPITRE DIX-HUIT : La vie après la mort
Appendices :
D.O.A. Arbre généalogique

D.O.A. Discographie
Index